PRÉJUGÉS

Plusieurs parents afin « d’assouvir » leurs convictions personnelles (très souvent systématiques donc erronées) énoncent des alibis incriminant leurs enfants surtout lorsque des difficultés surviennent. J’ai recensé les différentes excuses et idées conçues au sujet des préjugés sur le végétarisme infantile. Cela laisse pantois!

1- Les enfants n’aiment pas l’alimentation végétarienne et ne se sentent pas à l’aise de manger différemment que leurs camarades.

Le tort est donné à l’enfant,les parents refusant d’assumer leur responsabilté. Cependant, tout le monde sait que l’enfant est très réticent des le début lorsqu’on lui présente de la viande à manger . C’est à cet age (1 an  environ au début de la diversification)  très fragile justement que des habitudes alimentaires se créent. Il est le plus souvent apte à consommer des fruits, des salades et autres légumes :ceux-ci étant plus délicieux (goût), plus attractifs (visuel) avec un parfum  (l’odorat) plus doux. Aussi, les couleurs des fruits sont si variées qu’ils ne laissent personne indifférente. Test : prenez vous-même, une belle tomate ou une fraise (nature ou bio) , mettez-la près de vos narines ; ensuite prenez un morceau de viande crue donc non assaisonnée (boeuf, porc, chèvre…) et mettez-le près de vos narines. Tirez-en les conclusions par vous-même du moins à l’odorat. En fait, ce sont les parents (ou adultes) qui dénaturent la réalité a cause de leur conditionnement issu de leur égoïsme et de leur méchanceté.Ils veulent transmettre la même chose à leurs enfants dans la plupart des cas. Les enfants n’ont pas le choix parce que jusqu’a un certain age (ou pendant toute leur existence) ce sont les parents qui décident pour eux (certains vont même jusqu’au choix du conjoint ou conjointe de leur progéniture).

En plus,les enfants expriment naturellement un amour inconditionnel pour les animaux (cela me rappelle ma fille aînée qui voulait a tout prix adopter un chat et la deuxième qui regardait tendrement chaque chien , chat, escargot, cafard… qu’elle croisait sur le chemin). Ce qui démontre suffisamment leur choix pour le végétarisme. Il est aussi temps que les adultes apprennent des enfants. Apprenez des enfants chers parents, vous ne le regretterez pas, ils ont tellement de choses à vous apprendre.

Par ailleurs, il est nécessaire de préciser ici que la relation parent-enfant (surtout pour les adolescents) est très déterminante quant au choix de l’alimentation à partir du moment ou les parents se seront bien imprégnés de cette approche alimentaire vitale. Il convient d’expliquer et de faire comprendre le bien fondé de l’ alimentation végétarienne à leurs enfants sans pression aucune; mais avec tact et amour leur faisant comprendre par des mesures rationnelles. Les enfants ayant comme exemples vivants, leurs propres parents.« Le meilleur exemple étant dans les faits, la pratique et pas dans les mots »

 

2-Difficile d’élever les enfants avec un régime végétarien.

Les arguments (pour se justifier) fusent de partout parmi lesquels celui qu’il est difficile de cuisiner des plats végétariens. Encore un MENSONGE ! Des magasins et autres structures spécialisées existent et proposent de plus en plus des menus variés de nature végétarienne. Tout de même, nos grands-mères n’avaient aucun livre de cuisine mais elles concoctaient des mets sans viande aussi délicieux que savoureux les uns les autres. Cependant, il est conseillé de rester très prudent sur le choix et d’éviter des produits raffinés en ne se ravitaillant que dans des magasins dont les propriétaires ont le souci de la qualité de leurs marchandises.

3- L’enfant ne peut pas se rassasier seulement avec les aliments d’origine vegetale.

FAUX,FAUX,FAUX ! Un préjugé d’une influence généralisée depuis bien des années. La vérité se trouve dans le fait qu’une alimentation dite végétarienne correctement planifiée et pratiquée correctement ne sera que bénéfique et rassasiera l’enfant sans problème. En intégrant quotidiennement les céréales intégrales, les légumineuses (légumes secs), les fruits et les légumes dans la ration alimentaire de l’enfant, celui-ci aura tous les nutriments nécessaires pour une alimentation équilibrée qui lui fournira force et vitalité. Aussi, en ajoutant dans son régime alimentaire, les graines qui sont une source de graisses naturelles, l’enfant se sentira rassasié bien que le végétarien a tendance à avoir faim plus souvent que le non-végétarien à cause de la digestion qui s’effectue facilement. Le mieux est donc de planifier intelligemment la diète de l’enfant pour qu’elle soit la plus complète possible.

4-Les enfants végétariens sont anémiques

Une autre assertion dépourvue de tout sens à la limite du ridicule (apparemment le ridicule ne tue pas) mais bon…C’est tout simplement une hérésie encrée dans les moeurs depuis plusieurs décennies. Il se dit que pour ‘’ne pas être anémié, il faut manger de la viande’’. Fausseté de chez FAUX. Il est désormais avéré que l’alimentation vegetarienne procure tout le fer nécessaire dont l’organisme humain a besoin. En effet, la consommation régulière des fruits et légumes riches en vitamines C par les végétariens favorise l’absorption du fer dans l’organisme de plus de 5 fois plus que ceux qui consomment des produits d’ origine animale. Il reste à préciser qu’il est important d’eviter les aliments raffinés (sucre,farine blanche, huile raffinée et tous ses dérivés,chocolat,mayonnaise…). La majorité de la population humaine souffre des problèmes de santé a cause d’une carence en fer dans l’organisme mais cela ne saurait être nullement le propre de ceux qui ont adopté une alimentation à base des produits d’origine vegetale. D’autres facteurs évidemment doivent être pris en considération.

Publicités