La respiration

Respirer est la première chose que l’on fait a la naissance. Sans respiration, il n’y a pas de vie sur terre. Il n’est aucunement question ici de parler de la qualité de

l’air que nous respirons (encore la… eeuuhhh…); ce n’est pas cela la

problématique de l’heure. Je vais juste relever ici la fonction de respiration chez l’adulte.

Certains adultes afin de rompre avec le stress s’inscrivent dans les programmes

spécialisés ou l’on apprend à respirer. Partant de ce fait, il est clair que ces

adultes ont compris que la respiration n’est pas seulement une fonction vitale mais bien régulée, elle apporte un bien-être fondamental à l’organisme

Nulle intention de parler ici de ces méthodes parfois très complexes et relativement bénéfiques pour ses pratiquants. Ce n’est pas l’objectif de ce blog.

En revanche, je vais plutôt inviter les parents (surtout ceux) qui ont un nouveau-

né sous leur toit. Veuillez observer attentivement (il ne faut pas forcément une

grande concentration qui pourrait tuer les mouches:) ) la façon dont votre tout-

petit respire.Tout naturellement, le bébé inspire et expire sans grand effort mais il le à fond les poumons.

La respiration est un source de bonne santé et n’a pas seulement le rôle de

chasser le stress mais a aussi le pouvoir réguler nos émotions. D’ailleurs, vous

remarquerez aussi que les nouveaux-nés « sautent » du rire aux pleurs et vice-versa. Le bébé n’est pas rancunier, ni égoïste, ni coléreux …

Il est connu que l’air que nous inhalons est un subtil mélange d’oxygène (environ

20 %), d’azote (79 %), de vapeur d’eau, de gaz carbonique et d’éléments

chimiques divers. Le rôle d’une bonne respiration a des bienfaits qui ne sont

plus à démontrer car lorsqu’elle est bien agencée, la respiration régule le

système cardio-vasculaire, abaisse la tension artérielle, rééquilibre

l’acidité sanguine, renforce les défenses immunitaires…la liste laisse pantois.

Le psychiatre David Servan-Schreiber est formel d’après

des études réalisées aux Etats-Unis auprès des entreprises et cadres sur une pratique permettant de coordonner respiration et activité cardiaque:

« Sur le plan physique, un mois après l’enseignement sur la cohérence cardiaque, leur tension artérielle avait baissé autant que s’ils avaient perdu dix kilos et deux fois plus qu’avec un régime sans sel. Une autre étude suggère aussi une nette amélioration de l’équilibre hormonal : après un mois de pratique, au rythme de trente minutes par jour, cinq jours par semaine, le taux de DHEA, l’hormone de “jouvence”, voit son niveau moyen augmenter de 100%.»

Les adultes ont globalement tendance à respirer du bout du nez et trop vite donc

juste le temps de rester en vie alors que les bébés respirent (inspiration et

expiration) profondément. N’est-ce pas une leçon que les tout-petits nous donne!? 🙂

Pour rappel, l’inspiration (air frais) est l’action d’apporter de l’air dans les poumons et l’inspiration(air chaud) est l’action de faire sortir de l’air des poumons.

Cependant, dans la respiration, les deux actions sont essentielles. A l’expiration,

l’on apaise l’organisme en éliminant les toxines alors qu’à l’inspiration l’on

tonifie le corps en apportant de l’air frais. Parfois, il est inutile de recourir à

des méthodes compliquées de respiration ( le bébé à la naissance ne fait pas des

cours pour apprendre à respirer). Toutefois, il est tout primordial de

prendre conscience de la façon dont on respire afin d’en apporter des corrections.

En regardant donc de près le bébé, on peut joyeusement constater que pendant

l’inspiration, le ventre se gonfle, les côtes s’écartent, le bas des poumons se

remplit d’air ; puis le niveau de l’air monte dans les poumons, entraînant le

soulèvement de la cage thoracique jusqu’au niveau claviculaire. A l’expiration, le

diaphragme remonte, donc le ventre s’aplatit ; et les poumons se vidant d’air, la cage thoracique s’abaisse.

Avez-vous sans doute à partager des observations lors de la respiration de votre bébé. Des points de vue en commentaires 🙂

 

Publicités